Le temps des marmottes | Cimetière Notre-Dame-des-Neiges
Retour
Nature, site et environnement

Temps de lecture: 3 min.

Le temps des marmottes

Le site du Cimetière, comme le reste du mont Royal, est l'habitat de nombreuses espèces animales. Parmi celles-ci, on retrouve la marmotte commune.

Vous en avez probablement déjà aperçu sur le site du Cimetière, puisqu'elles sont nombreuses à profiter de cet espace qui est idéal pour elles: un endroit naturel rempli de végétation et où le creusage fréquent rend la terre meuble, facilitant leur travail lorsque vient le temps de faire leur terrier.

Après de longs mois d’hibernation dans leurs terriers, on voit le réveil des marmottes comme symbole de l’arrivée du printemps. C’est pourquoi à cette période de l'année, vous êtes susceptibles d'en croiser plusieurs spécimens lors de votre visite, ou encore d'apercevoir l'entrée d'un de leurs terriers. Lors du creusage de son terrier, la marmotte excave, c'est-à-dire qu'elle sort la terre pour faire de l'espace pour ses tunnels. Il est donc normal d'apercevoir des amoncellements de terre près des "trous" de marmottes.

Les marmottes sont sans danger et elle se nourrissent essentiellement de végétation fraîche. Elles peuvent parfois excaver des morceaux de bois, de métal ou de plastique, et même des ossements anciens, mais elles ne s'y intéressent pas du tout. Si elles les poussent hors de leur terrier, c'est simplement que ces objets se trouvaient sur leur chemin.

À cause de leur nature d'animal fouisseur ou de leur nombre, nous recevons parfois des plaintes au sujet des marmottes qui vivent sur notre site. Or, les marmottes sont des résidentes légitimes du mont Royal que l'on ne peut pas exproprier ni déplacer! Elles ont des droits et nous devons les respecter. Nos seules interventions possibles sont de boucher l'entrée d’un terrier et de recueillir et inhumer de nouveau les fragments d’ossements lorsque nous les découvrons. Nous vous invitons donc à cohabiter, comme nous le faisons, avec les marmottes du mont Royal, et à profiter de l'opportunité qu'elles offrent d'observer la faune sauvage.