La fondation du plus grand cimetière au pays

Au XIXe siècle, la plupart des cimetières étaient construits à côté des églises, pour permettre aux fidèles de prier pour leurs disparus. Le cimetière Saint-Antoine, situé sur l’actuel Square Dorchester, était actif depuis 1799. Il a fallu trouver une solution lorsque le Conseil de la Cité de Montréal a adopté en 1853 un règlement interdisant les inhumations à l’intérieur des limites de la ville.

En 1854, la Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal achète donc au Dr Beaubien une terre sur le mont Royal, à la Côte-des-Neiges.

La première sépulture du cimetière Notre-Dame-des-Neiges date du 29 mai 1855; il s’agit de celle d’une jeune irlandaise de 35 ans, Jane Gilroy.

Les communautés culturelles

Les vagues d’immigration qui débutent dès la seconde moitié du XIXe siècle nécessitent une adaptation de la part des cimetières, et, surtout, un accueil adéquat. Notre-Dame-des-Neiges s'est ouvert aux différentes communautés chrétiennes dès sa fondation.

Ces transformations démographiques à Montréal ont donné lieu à la création de sections dans le cimetière pour les communautés qui souhaitent se recueillir entre elles dans le dernier repos. La première section est celle de l’Union nationale française en 1894, suivie de la section de la Mission catholique chinoise en 1917. Aujourd’hui il y a des sections pour les communautés japonaise, ukrainienne, polonaise, italienne, portugaise, serbe…

Ces familles ont apporté une esthétique à ces sections qui créent ainsi l'une des particularités du Cimetière. 

D'autres groupes d'intérêt décident aussi de se rassembler et de souligner leur impact social. L'Association des pompiers, l'Union des artistes, l'Association des Matelots catholiques ou l'Armée canadienne entre autres.

Les personnages célèbres

Le cimetière Notre-Dame-des-Neiges accueille près d’un million de défunts. Parmi eux, certaines personnalités ont marqué l’histoire de notre société dans le domaine des arts, de la politique, de l’histoire, de l’architecture, ou encore du monde des affaires.

Voici quelques noms que vous reconnaitrez sans doute :

EN POLITIQUE

Une vingtaine de maires de Montréal sont inhumés ici dont Camillien Houde, Jean Drapeau, l’Honorable Alphonse-Desjardins, etc. On peut aussi voir les monuments de Sir George-Étienne Cartier, Jean Drapeau, Thomas d’Arcy McGee, Robert Bourassa…

DU MILIEU ARTISTIQUE

Mary Travers dite « La Bolduc», Jacques Normand, Gratien Gélinas, René Angélil, Jean-Paul Riopelle, le poète Émile Nelligan, Alice Parizeau, Clarence Gagnon, Ernest Cormier…

DU MONDE DES SPORTS

Maurice Richard, Jean « Johnny » Rougeau, René Lecavalier…

Patrimoine funéraire

Fondé en 1854 et inauguré en 1855, le cimetière Notre-Dame-des-Neiges recèle des trésors patrimoniaux auxquels les gouvernements municipal, provincial et fédéral ont conféré différents statuts.

Les monuments funéraires sont de véritables archives de pierre. Plusieurs œuvres de commémoration sont devenues de véritables pièces historiques, comme le monument aux Patriotes. Les nombreuses œuvres d’art installées dans les mausolées constituent également des éléments de choix du patrimoine religieux et artistique.

Enfin, nous avons plusieurs bâtiments historiques, tels que le pavillon administratif, la chapelle Notre-Dame-de-la-Résurrection et la maison Simon-Lacombe, qui attirent l'attention des visiteurs par leur cachet.

De nombreux artistes du Québec ont doté le Cimetière de monuments remarquables. Taillés dans le marbre ou le granit, ils avaient un objectif commun: se souvenir. Des années 1880 à la crise économique de 1929, le Cimetière s'est doté de monuments exceptionnels. 

Bronzes, ornements, gravures, mosaïques, anges... La variété des oeuvres et de leurs composantes est importante. Soulignons l'apport d'artistes d'exception, dont les sculpteurs Louis-Philippe Hébert, Henri Hébert, ainsi qu'Émile Brunet, dont on trouve une trentaine d'oeuvres au Cimetière.

Plus de 400 noms de personnalités se retrouvent au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. Pour les découvrir et les repérer sur le site, procurez-vous notre Répertoire des personnages célèbres à notre pavillon administratif au coût de 5$.

Les sommes recueillies serviront à l’amélioration qualitative de notre site.

mausolees prives

L'histoire du mausolée remonte à la nuit des temps. En 350 avant J.-C., Artémise II, reine de Caria en Asie Mineure, fit construire un tombeau d'une rare splendeur pour son mari le roi Mausole. De ce nom, celui de mausolée a été créé. Dans l'Antiquité, ce monument faisait partie des Sept Merveilles du monde.

Bannière rotative